Combien de battements d’ailes, pour se rapprocher des fleurs, ou de l’amour subodoré ? Il est des papillons qui vont droit au but, à vue : les fleurs! Et d’autres qui virevoltent pour suivre plutôt les phéromones de leurs désirs amoureux.
Comme dit le Psalmiste : « Seigneur, je te cherche dès l’aube, mon âme a soif de toi… » Je me sens papillon dans certaines journées, léger et suivant mon désir de vie pleine, cherchant le nectar de la présence de Dieu dans les « fleurs » des rencontres, des travaux. 
 Mais j’ai vu aussi, Seigneur, un papillon aux ailes déchirées, qui m’a touché dans son désir intact de trouver les fleurs, volant de manière un peu maladroite mais si valeureuse. Quel bel exemple de vie et de foi, qui ne s’arrête pas à ce qui se voit, mais qui persiste dans le désir !
Frédéric Steinhauer