L’Eglise réformée, sous l’impulsion du Conseil synodal, a souhaité faire un état des lieux et proposer des pistes pour l’avenir des paroisses. Pour beaucoup de laïcs et de ministres, c’est une musique déjà entendue et qui suscite quelques interrogations, voire une certaine méfiance. A quand date le dernier plan ? Doit-on craindre une certaine lassitude et en suivant, un enthousiasme modéré ? Cette situation est à mon sens l’occasion d’une évaluation qui a du sens, comme dans tout projet de société. Dans une société qui évolue à vive allure, n’avons-nous pas trop souvent « le nez dans le guidon », cherchant à parer au plus pressé ? Il n’est pas inutile, régulièrement, comme on disait dans certaines sessions de formation à l’animation, de « descendre de vélo et de se regarder pédaler » ! C’est en effet une discipline qui peut paraître répétitive, mais qui accompagne logiquement toute démarche vers un nouvel objectif. J’ajouterais que notre fidélité au message du Christ, Jésus,]nous oblige à une telle démarche.
nous oblige à une telle démarche. Il suffit de se rappeler comment il a fustigé les personnes de son temps, exemplaires en matière de foi, pour se méfier de notre penchant naturel à cheminer sur les sentiers connus. Ce printemps, dont la météo est pour le moins variée, nous invite aussi à voir notre environnement avec un œil neuf. Il y a bien la sève qui réveille la nature chaque année de façon répétitive. Comme une poussée invincible elle s’insinue à travers mille veines. Mais nous observons ensuite une diversité de fleurs et de feuillages, qui ne sont pas la répétition conforme de l’an passé. On est loin du « copier-coller ». Tout a évolué. Alors sachons distinguer ce qui fait l’élan et la force de la foi, et la façon dont elle s’exprime, différemment, d’année en année. Et ayons le discernement nécessaire et l’intelligence pour accompagner au mieux une évolution nécessaire. Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage !
Thierry Baldensperger, ministre EERV